Historique

La construction de l’hospice de Cornimont débute en 1905 et s’achève en 1907. La capacité est de 58 lits, dont 8 réservés au personnel. Sont admis les malades, les vieillards, et infirmes de Cornimont et Ventron. Cet établissement accueille des hommes et des femmes, mais ne comporte pas de lieux de vie mixtes. Pour financer ce projet, l’établissement a bénéficié d’un grand nombre de dons, legs et rentes publics et privés.

  • En 1929, les religieuses de la congrégation du Saint Esprit assure la gestion de l’hospice.
  • Le projet de créer une maternité voit le jour en 1948 : 15 lits de maternité sont installés et équipés au bâtiment Sainte Thérèse.
  • Jusqu’en 1975, date de sa fermeture, la maternité aura permis la naissance de nombreux enfants de Cornimont et des alentours.
  • Les normes d’hygiène, de bien être et de confort évoluent au cours des trente glorieuses. En 1963, on installe des séparations au sein des dortoirs, créant ainsi des chambres à deux et trois lits avec lavabos.
  • L’établissement de 112 lits est classé “Hôpital rural” en 1951 puis “Hôpital local” en février 1996.

Au fur et à mesure, l’hôpital s’oriente vers l’hébergement médicalisé pour personnes âgées.

  • En avril 2005, le Conseil d’Administration décide la fermeture de l’établissement public de santé de Cornimont et sa transformation en un établissement public médico-social en date du 1er janvier 2006.
  • Le choix de la nouvelle appellation “Résidence d’Accueil et de Soins le Couarôge” est le fruit de la participation active des habitants de Cornimont.
  • En 2010, la fusion des deux Ehpad de Cornimont est effective (Les Myrtilles et le Couarôge), les deux établissements sont regroupés sous une même entité juridique et totalisent 166 places.
Hospice de Cornimont au début du XXe siècle

   La Résidence d’Accueil et de Soins  » Le Couarôge » aujourd’hui

eget diam sed id, nec felis neque. ipsum amet, et,